Guignol's Rock, rubrique du blog

Suite à la disparition de l'hebdomadaire (papier) Lyon Poche en 2011, notre chronique annonçant les concerts rock de la semaine s'est retrouvée sur ce blog, en reprenant
son titre original, "Guignol's rock" (parution sur le week-end…) avec des photos et une sélection de vidéos (à ouvrir en pop-up). Bonne lecture !

Merci à tous ceux qui veulent bien partager ces pages sur leurs réseaux, ou les mettre en lien sur leurs sites… // NB: Voir notre profil: Google+

Pour pouvoir ajouter un commentaire dessous, veillez à n'avoir qu'une seule chronique ouverte (en cliquant sur son titre en rose)

Des présentations différentes de nos pages (sur fond blanc !) en cliquant ici <<<

dimanche 31 octobre 2010

JEFF BECK à l'Amphi' 3000 à Lyon le 30-10-2010


 Guitar heroes…
Eric Clapton est déjà venu jouer à Lyon (et à Vienne) plusieurs fois. Jimmy Page peut-être encore plus souvent (avec Led Zep', puis avec Page & Plant…). Mais il nous semble bien que notre "troisième guitar-hero issu des Yardbirds", Jeff Beck, n'avait jamais mis les pieds sur une scène lyonnaise jusque là… 

Jeff Beck Group au festival de Sunbury, Août 1968
 Flashback…
Personnellement, ça faisait juste 42 petites années qu'on ne l'avait pas vu en live, une paille… C'était en Août 1968 (photo ci-contre de notre Instamatic d'alors) à Sunbury près de Londres avec le Jeff Beck Group. Rod Stewart était alors au chant, Ron Wood à la basse, et Nicky Hopkins au piano, excusez du peu. C'était la période de "Truth", un album en très bonne place depuis dans notre panthéon personnel ! Du blues de luxe ! , Bref, le bonheur : Jeff Beck montrait qu'il pouvait jouer le blues comme personne, avec des fulgurances n'appartenant qu'à lui... Malheureusement (pour nous en tout cas), il a pris d'autres chemins par la suite et le blues n'est pas resté son idiome premier… 

 Retour au présent… Mi-funk, mi-raisin 
Jeff se partage aujourd'hui entre un jazz-rock funky qui était vite devenu le style principal de sa carrière, et un goût croissant pour de belles mélodies quelque peu sirupeuses qui lui valent ces dernières années un public un peu élargi… et des passages dans des salles un peu plus prestigieuses, comme cette Salle 3000 à Lyon…  On n'y était encore jamais venu (eh oui…), mais surprise : l'acoustique ici ne nous séduit guère à première vue. Avec un aspect métallique et confus qui semble augmenter avec l'intensité du son... Peut-être que c'est mieux quand on est en bas ? (on nous a logé bien haut !). Il faut préciser que la salle n'est pas très remplie, ce qui explique peut-être en partie ce son... 
Bref, le groupe 2010 de Mr Jeff Beck comprend notamment la sculpturale Rhonda Smith à la basse, qui est restée près de dix ans avec Prince, une référence s'il en est… Elle chantera même quelques bribes par moments, comme dans ce "Rollin' and tumblin'", qui restera le titre le plus blues (enfin, funky blues…) de la soirée, car dans l'ensemble c'est un concert d'abord instrumental, forcément. On peut le regretter, car Jeff Beck peut se montrer très brillant aussi quand il accompagne un chanteur ou une chanteuse… Brillant, il l'est certes presque toujours, stupéfiant même si vous voulez, avec ce toucher tout à fait unique qu'on lui connaît.  Mais pour nous l'œuvre d'un virtuose ne vaut qu'au service d'une musique qui transcende cette virtuosité ! Et tous ces "Over the rainbow" (et autres titres du même acabit sur son dernier album) finissent par nous raser un peu pour tout dire (musique de vieux ? ou pour vieux ? il est vrai qu'on le devient tous, mais c'est pas une raison…).  
Bon, il y eut de bons moments avec ses trucs habituels, de "People get ready" à "A Day in the Life", mais il y a aussi d'autres titres que (naïvement ?) on aurait bien aimé retrouver, de "Shapes of things" à "Superstition" !! Bon, on a droit à un "Higher" plutôt bien enlevé en rappel, bientôt suivi par ce qui restera la petite perle de la soirée : en hommage à Les Paul (disparu l'an passé) il interprète (et on lui amène une Gibson Les Paul pour cela d'ailleurs) façon fifties son "How high the Moon" (avec voix féminine enregistrée de Imelda May). Un petit bijou nous rappelant son excellent album de chansons de Gene Vincent, "Crazy Legs", enregistré en 1993.

Jeff Beck à l'Amphi' 3000 de Lyon

Et à propos de rockabilly, on a aussi été un peu déçu de ne pas avoir droit au groupe "Hillbilly Moon Explosion" qui était prévu pour la 1ère partie, et qui nous avait semblé fort sympa sur son mySpace… Au lieu de ça, Astrid, un groupe folk-rock de Reims, dont les qualités mélodiques potentielles semblaient assez gâchés par les interventions peu inspirées de leur guitariste soliste.
SD.
(Photos ©SD)

 Annexes :
Le site web de Jeff Beck
Celui de Rhonda Smith
Wikipedia pour Les Paul
Page Jeff Beck sur Amazon.fr 
L'ami Thierry M avait interviewé Jeff B avant le concert www.progresplus.com/...
On a trouvé un autre compte-rendu de ce même concert… http://jazznrockcommunay.blogspot.com/... (apparemment, c'est un fan de rock progressif, ça peut expliquer des points de vue un peu différents des nôtres…)


Un enregistrement de 2009 au Ronnie Scott's où Jeff joue rockabilly :
titres de Gene Vincent et autres… (7 chansons, 22 mn)



Au Ronnie Scott's également, un concert complet en 2008 (1h40),
très remarquable, avec Tal Wilkenfeld (bass), Jason Rebello (keyboards),
Vinnie Colaiuta (drums), Joss Stone (vocals),  + Eric Clapton (guitar, sur 2t à 1h21)



Vidéo ci-dessous : Jeff Beck avec Imelda May "How high the Moon"
(Le second guitariste est Darrel Higham, par ailleurs mari de la belle…)


Le fameux "Apache" des Shadows, respectueusement revisité…


Et ci-dessous Jeff Beck avec Mick Jagger à la Maison Blanche en Février 2012
interprétant un titre de Howlin' Wolf, "Commit a crime"…




 Flashback JEFF BECK 1968 again ! 

Donc un peu déçu par ce répertoire 2010 de Jeff Beck, on est allé chercher (dans nos souvenirs, dans de vieux carnets, dans les reportages de l'époque...) la setlist la plus probable pour ce concert de SUNBURY 1968 dont on parlait au début… Ce soir-là, Eric Clapton avait d'ailleurs joué un peu avant le Jeff Beck Group et dans une formule originale puisqu'il était seul avec deux batteurs : à savoir Ginger Baker et son ami/mentor Phil Seamen. Et Slowhand, très élégant dans un costume blanc, avait fait ainsi deux longues improvisations (genre 10 minutes, un quart d'heure chacune au moins) sur les rythmes et autres roulements de ces deux-là… Pour en revenir au JEFF BECK GROUP, Rod Stewart avait encore tendance alors à chanter en tournant le dos au public ou en se cachant derrière un ampli. Quant à Nicky Hopkins au piano, il était encore plus planqué et pratiquement invisible (comme souvent quand il jouait derrière les Stones d'ailleurs).


The Jeff Beck Group Setlist Sunbury festival, Staines, England 1968
Edit this setlist | More The Jeff Beck Group set lists

Peut-être notre titre préféré sur "TRUTH", 
le joliment parodique, mais brûlant "BLUES DE LUXE"! 
…En hommage à NICKY HOPKINS (1944/1994) [wikipedia / website]

1 commentaire:

  1. Bonjour,
    super le rappel du concert de 1968 avec la photo.
    Effectivement c'est un autre point de vue du concert de Jeff Beck et il est très pertinent.
    A bientôt sur le net ou en concert
    JaZZmarc

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont bienvenus !! Merci d'exprimer vos réactions…
[Merci aussi de recommander/partager cette page avec les boutons ci-dessus !]
Vous pouvez aussi vous inscrire comme "membre" (voir à droite…)
Ou mieux : envoyez-nous votre adresse mail dans un post/commentaire : pas pour la publier (bien sûr) mais pour qu'on puisse vous faire parvenir la newsletter hebdo (= image de la rubrique dès publication)