Guignol's Rock, rubrique du blog

Suite à la disparition de l'hebdomadaire (papier) Lyon Poche en 2011, notre chronique annonçant les concerts rock de la semaine s'est retrouvée sur ce blog, en reprenant
son titre original, "Guignol's rock" (parution sur le week-end…) avec des photos et une sélection de vidéos (à ouvrir en pop-up). Bonne lecture !

Merci à tous ceux qui veulent bien partager ces pages sur leurs réseaux, ou les mettre en lien sur leurs sites… // NB: Voir notre profil: Google+

Pour pouvoir ajouter un commentaire dessous, veillez à n'avoir qu'une seule chronique ouverte (en cliquant sur son titre en rose)

Des présentations différentes de nos pages (sur fond blanc !) en cliquant ici <<<

lundi 20 juillet 2009

Les 40 ans de Woodstock.. à Fourvière (et à Vienne) 2009


Les Young Gods devaient nous "jouer Woodstock" et on se demandait de quoi il pouvait bien retourner... Réponse à Fourvière ce 19-7-09 : le fameux film (version d'1h30) est projeté (sans son, sauf pour certains intermèdes) en devant de scène et en hauteur et les Young Gods sont donc "dessous". Ils vont en refaire les titres de manière tantôt assez fidèle (comme le 1er, le "Freedom" de Richie Havens. RH qu'on a pu voir en pleine forme à Vienne l'an passé, rappelons-le), tantôt d'une manière plus éloignée (comme le "See me, feel me…" des Who, stylisé avec la dynamique chanteuse invitée Erika Stucky.. Les Who qu'on avait aussi pu voir à Vienne, et en pleine forme, en 2006 !). Et même parfois ne pas les refaire du tout : pendant la séquence Ten Years After, pas de "Goin' home", mais de la techno/trance extrêmement hypnotique pour retrouver justement le côté transe ! Et puis, petite fantaisie, ils rajoutent aussi les Doors (this is "The End"…), Doors qui n'étaient pas à Woodstock que l'on sache, mais c'est un groupe qui a marqué les Young Gods ! (et notamment Franz, ça se sent encore). Bref, une vraie création multiforme à partir du film Woodstock, éminemment sympathique et plutôt réussie ! Pour le final forcément hendrixien, Al joue l'hymne national... français, au clavier, à la manière du Voodoo Chile !
Justement, quelques jours avant, le 10-7, c'était la nuit finale de Jazz à Vienne, et le truculent Roy Ayers avait invité un certain Don Blackman, sans doute connu de quelques amateurs de funk (compositeur de quelques succès pour d'autres, et lui même fauteur de deux albums en quelque 25 ans). Donc, le type s'amène, devenu extrêmement obèse (il était relativement mince sur ses anciennes photos), et avec sa fille du même acabit, ses chicots mâchouillant un éternel chewing-gum... il semble découvrir sur scène ce petit clavier électrique et se met à nous jouer -en solo, car tous les autres en scène l'écoutent- The Star Sprangled Banner, version Woodstock, en actionnant de la main gauche une molette pour faire durer les notes ou provoquer les explosions ! Et ça dure ainsi, pas juste une petite minute, mais le temps de l'original : copie presque conforme et joli hommage inattendu. Décidément, on rejoue beaucoup Hendrix sur clavier cette année (et c'est peut-être pas plus mal ainsi).
Ceci dit, nous, en l'été '69, on n'était pas à Woodstock, mais à Wight (pas mal non plus, mais pas de film...) !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont bienvenus !! Merci d'exprimer vos réactions…
[Merci aussi de recommander/partager cette page avec les boutons ci-dessus !]
Vous pouvez aussi vous inscrire comme "membre" (voir à droite…)
Ou mieux : envoyez-nous votre adresse mail dans un post/commentaire : pas pour la publier (bien sûr) mais pour qu'on puisse vous faire parvenir la newsletter hebdo (= image de la rubrique dès publication)