Guignol's Rock, rubrique du blog

Suite à la disparition de l'hebdomadaire (papier) Lyon Poche en 2011, notre chronique annonçant les concerts rock de la semaine s'est retrouvée sur ce blog, en reprenant
son titre original, "Guignol's rock" (parution sur le week-end…) avec des photos et une sélection de vidéos (à ouvrir en pop-up). Bonne lecture !

Merci à tous ceux qui veulent bien partager ces pages sur leurs réseaux, ou les mettre en lien sur leurs sites… // NB: Voir notre profil: Google+

Pour pouvoir ajouter un commentaire dessous, veillez à n'avoir qu'une seule chronique ouverte (en cliquant sur son titre en rose)

Des présentations différentes de nos pages en cliquant ici

jeudi 14 avril 2011

Flamin Groovies, le feu sacré !

Un peu de musique peut-être ?

Avril 2011 : La parution du livre de Alain Feydri nous donne l'occasion de consacrer une petite page de blog à ce groupe assez mythique… 

Flamin Groovies, un groupe assurément "à part". Nés dans le San Francisco du flower-power (1965/67), ils ne vont pas opter pour l'acid-rock ambiant, même s'ils ont de l'admiration pour le Jefferson Airplane et autres Charlatans. Non, eux vont s'appliquer à recréer un son, un style aussi, inspirés des Stones (surtout) et des Beatles (plus tard), parfois aussi des Lovin' Spoonful (américains, eux). Un style typiquement rock'n'roll, ce qui leur vaudra de fervents supporters… mais surtout de l'autre côté de l'Atlantique, et notamment en France, à partir des années 70. Une carrière difficile peut-être parce qu'ils ne sont jamais en phase avec leur époque, et avec un leader (Cyril Jordan) qui se révèle souvent limite caractériel, mais avec aussi ce "feu sacré" sous-jacent qui les fait toujours renaître de leurs cendres. Feu sacré, style, distinction, une certaine finesse, voilà ce qui les distingue… Alain Feydri raconte tous les détails de leur drôle d'aventure avec la précision qui le caractérise : chaque reprise de chanson est prétexte à une une instructive digression sur son créateur, etc. Et l'on croise beaucoup de monde (de Gene Vincent à Dave Edmunds, mais aussi des plus inattendus, comme Jim Dickinson, le sax des Stones), et pas que des musiciens du reste… Vous devriez donc ressortir de la lecture de cet ouvrage avec une culture (rock) bien consolidée !
Stevie D.


318 pages, 15 x 21 cm, préface de Marc Zermati, 
intérieur noir et blanc, plus 16 pages de photos inédites couleur et noir et blanc
CHEZ JULIE PRODUCTIONS 

Sur YouTube et  autres, on trouve surtout des extraits de l'émission de télé française BOUTON ROUGE de 1972 (présentée par Pierre Lattès), comme cette reprise de Roll over Beethoven, avec Roy A. Loney chanteur… (justesse parfois approximative des voix, mais c'est l'esprit qui compte, on va dire…)


 

Ci-contre notre photo parue dans le livre : Cyril Jordan avec sa Rickenbaker (et encore sans perruque à l'époque !) sur la scène de la Bourse du Travail à Lyon le 29 Novembre 1976. Notre unique concert des Groovies (et le seul qui ait jamais eu lieu à Lyon d'ailleurs). Un concert qui devait d'ailleurs être écourté par le groupe à cause de jets de projectiles divers (public difficile…).















Deux autres photos de ce même concert de 76…
©StevieDixon


 Et on ajoutera un compte-rendu d'un concert parisien par la regrettée Brenda Jackson. Ça avait paru apparemment dans un BEST de début 1977 :

Viendront, viendront pas ? Nul ne pouvait être tout à fait sûr de la présence du groupe. Les Groovies avaient annulé leurs concerts de Londres, Birmingham et Clermont-Ferrand, à cause d’une sale grippe que deux d'entre eux avaient inopinément contractée. Je faisais partie de ceux à qui le retour de Cyril Jordan faisait plus que plaisir. Une annulation m'aurait brisé le cœur, mais tout alla pour le mieux dans le meilleur des abattoirs.
En première partie, les Gorillas, déjà vus à Mont-de-Marsan cet été, chantèrent leur petite collection de classiques. Ils ne firent pas un triomphe, mais s'en tirèrent plus qu'honorablement grâce surtout au courant de sympathie provoqué par la personnalité du leader, Jessie, sorte de Stevie Marriot rectifié Noddy Holder, au sourire d'une fraîcheur renversante...
Les Groovies firent leur entrée sous les vivats. Le Culte a la peau dure, et c'est tant mieux.
"Bonsoir Paris... Y’avait longtemps !" Chris Wilson salue la foule tandis que ses camarades s'accordent, comme d'habitude. Tous ces efforts de justesse furent ruinés dès la première note d' I Feel Fine, que Chris et George chantent aussi faux qu'il est humainement possible. Heureusement, après un She Said Yeah nerveux, les voix s'arrangèrent nettement. Au fil du concert, George chanta de moins en moins, se concentrant sur sa basse, dont il joue comme un dieu, et sur son jeu de scène avec Cyril, qui reste l'un des charmes du groupe sur scène. George n'a jamais été aussi beau, avec ses cheveux hyper -noirs coupés courtissimo. Cyril lui avoue une calvitie à la Dick Lester et porte des lunettes de soleil dégradées comme les touristes en Floride ! Tous les Groovies portent l'uniforme, costume noir à revers de velours noir, même le petit dernier, le guitariste Mike Wilhelm, ex-Charlatan, qui remplace James Farrell. Mike joue très bien de sa superbe Gretsch. Il fait beaucoup plus de solo que James Farrell avant lui. Let The Boy Rock And Roll, I'm A Lover Not A Fighter, les Groovies ont toujours autant de distinction dans le choix de leurs morceaux. Le temps entre les chansons semble toujours un peu trop long, mais une fois que ça tourne, attention ! Il n'y a pas deux groupes comme ça. Leur son est vraiment chouette, fin. Cyril a trois guitares. Une Dan Armstrong translucide à la Keith, une Rickenbacker à la Byrds/Beatles, et une Gibson à la Berry. L'ordre des titres suscite un peu moins de changement d'instruments qu'à l'Olympia l'an dernier, et c'est une nette amélioration pour le rythme du spectacle.
Shake Some Action, Don't Lie To Me, Please Please Girl, les Groovies sont plus à l'aise sur les chansons de leur dernier album que sur des standards dont ils ont peut-être moins l'habitude. Hold Me Tight, From Me To You, Miss Amanda Jones, ça fait tout de même du bien par où ça passe ! Le public parisien, peu nombreux mais fervent, ne s'y est pas trompé, puisque les Groovies ont été rappelés deux fois. Un dernier Let it rock et il faut se quitter. C'est toujours trop court. Comme l'a dit Chris avec un accent impeccable : "Merci beaucoup !".

- Brenda Jackson

 FLAMIN GROOVIES :
L'adresse pour se procurer le bouquin : http://julieprod.chez-alice.fr/flaminbook.html
Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Flamin'_Groovies
Un site qui propose une bio en 2 volets (et en français) : www.suite101.fr/content/the-flamin-groovies-rockers-de-san-francisco-a2445
On trouve aussi un article sur le site de l'Olympia : www.olympiahall.com/artiste/flamin-groovies.html