Guignol's Rock, rubrique du blog

Suite à la disparition de l'hebdomadaire (papier) Lyon Poche en 2011, notre chronique annonçant les concerts rock de la semaine s'est retrouvée sur ce blog, en reprenant
son titre original, "Guignol's rock" (parution sur le week-end…) avec des photos et une sélection de vidéos (à ouvrir en pop-up). Bonne lecture !

Merci à tous ceux qui veulent bien partager ces pages sur leurs réseaux, ou les mettre en lien sur leurs sites… // NB: Voir notre profil: Google+

Pour pouvoir ajouter un commentaire dessous, veillez à n'avoir qu'une seule chronique ouverte (en cliquant sur son titre en rose)

Des présentations différentes de nos pages (sur fond blanc !) en cliquant ici <<<

samedi 9 juillet 2011

Cyndi Lauper à Jazz à Vienne le 8-7-2011

De la pop au blues…
C'était le concert qui pouvait sembler le plus incongru dans cette 31e édition de Jazz à Vienne… Cyndi Lauper virée blueswoman, on était curieux de voir ça en live, d'autant qu'on ne s'était même pas donné la peine d'écouter in extenso son album surprise de 2010, "Memphis Blues"… dont les titres vont constituer toute la première partie de son show. Des reprises de Little Walter, Lowell Fulson, Louis Jordan… Albert King... En fait, Cyndi nous précise que le blues a toujours été important pour elle puisque son tout premier groupe était un groupe de blues qui faisait un "tribute to Janis Joplin" ! Sa voix devait en effet bien convenir pour imiter Janis ! Mais c'est d'une autre blueswoman blanche de cette époque, bien moins connue évidemment, Tracy Nelson, qu'elle reprend le formidable "Down so Low" (créé en 1968 avec le groupe Mother Earth)… Ce fut pour nous et de loin le moment le plus intense de cette soirée. 
…Et le seul titre où elle soit restée un peu calme d'ailleurs, car le reste du temps, elle (en blonde ce soir, et quelque peu boudinée dans son costume tout noir qui lui fait remonter les seins) n'a pas un instant de répit… Sur scène comme sur un ring, toujours mobile, à illustrer la musique par le geste, s'agitant pour faire le show, car à part son bassiste ça ne bouge pas beaucoup !… Ah oui, il serait peut-être temps qu'on vous le précise : sur scène avec la Lauper ce soir, on ne trouve pas du tout des petits jeunots mais plutôt des anciens, des pointures du blues dont le plus connu est bien sûr l'harmoniciste Charlie Musselwhite
Avec Charlie Musselwhite (elle lui a refilé les fleurs…)

Et vice versa…
Mais Cyndi Lauper, ce sont aussi et surtout ces tubes des 80's qu'elle ne pouvait évidemment pas ne pas faire face à un public sans doute majoritairement venu pour ça. Alors on aura (principalement sur le long rappel) les "Girls just want to have fun" et autres "Time after time" (occasion d'un duo avec Ayo qu'elle a rappelée). Et pour finir "True Colors", juste avec Charlie Musselwhite (quel paradoxe pour les puristes du blues…) pour ce titre emblématique. "A New York, les gays et lesbiennes peuvent maintenant se pourrir la vie comme les autres" (= se marier), balance-t-elle, avant de vite préciser que c'était une plaisanterie… Suit un petit discours militant qui se termine par un vigoureux "Power to the People !" (le slogan, pas la chanson de Lennon !), car notre Cyndi n'a pas la langue dans sa poche… 
Avec Ayo…



En 1ère partie, Ayo nous avait légèrement ennuyé (mais vu d'en haut et avec le coucher de soleil, ça pouvait encore passer…) avec ses longueurs funky et ses bons sentiments à foison (free your mind, free your soul, et "on va voyager ensemble"…). Mais le public lui semblait plutôt favorable, notamment pour son petit numéro rigolo  d'imitation de… Michael Jackson ! 
SD

http://cyndilauper.com









"Crossroads" avec un accordéon, ça peut surprendre…
mais Cindy en chanteuse de blues, on n'y aurait pas trop cru non plus…

(Buenos Aires en Mars 2011)

"Down so low" (pour l'émission de Stéphane Bern sur Fr. Inter, en Octobre 2010)


www.tracynelson.com (créatrice de la chanson en 1968 avec le groupe Mother Earth) 


2 commentaires:

  1. Pour moi c'est tout le contraire ; j'ai adoré Ayo et trouvé plutôt ridicule Cindy Lauper qui visiblement a du mal à digérer ses 57 ans. Après heureusement que tous les goûts sont dans la nature mais j'aurai du resté sur Cindy Lauper des années 80 ... nostalgie quand tu nous tiens !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai même pleuré, j'ai 32 ans et j'ai grandi avec elle, pour moi c'était un moment magique de la voir, les new yorkais ont une force unique à eux... Je remercie mon chérie de m'avoir invité... c’est une chose de faite dans me vie de l’avoir vu en live, après 30 ans… ses chansons et vidéos je me souviens et je n’étais que un petit bout… MDR !!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont bienvenus !! Merci d'exprimer vos réactions…
[Merci aussi de recommander/partager cette page avec les boutons ci-dessus !]
Vous pouvez aussi vous inscrire comme "membre" (voir à droite…)
Ou mieux : envoyez-nous votre adresse mail dans un post/commentaire : pas pour la publier (bien sûr) mais pour qu'on puisse vous faire parvenir la newsletter hebdo (= image de la rubrique dès publication)