Guignol's Rock, rubrique du blog

Suite à la disparition de l'hebdomadaire (papier) Lyon Poche en 2011, notre chronique annonçant les concerts rock de la semaine s'est retrouvée sur ce blog, en reprenant
son titre original, "Guignol's rock" (parution sur le week-end…) avec des photos et une sélection de vidéos (à ouvrir en pop-up). Bonne lecture !

Merci à tous ceux qui veulent bien partager ces pages sur leurs réseaux, ou les mettre en lien sur leurs sites… // NB: Voir notre profil: Google+

Pour pouvoir ajouter un commentaire dessous, veillez à n'avoir qu'une seule chronique ouverte (en cliquant sur son titre en rose)

Des présentations différentes de nos pages (sur fond blanc !) en cliquant ici <<<

samedi 19 juillet 2014

Rock à la Bricotte II : "Cache ta Joie" revisited

De g à dr.: Yves Rothacher (dans la fumée !), "Puce", Patrick Blache, Yves Matrat et "Doudou" Gonzalez
 Rock à la Bricotte, An 2.  
L’idée de base pour cette 2e édition du festival de rock givordin principalement géré par Lahmi “Puce” Saïbi & friend, ne manquait pas d’originalité et d’intérêt. Il s’agissait de rejouer la musique de la pièce “CACHE TA JOIE”, qui avait été créée en 1979, collaboration du groupe FACTORY avec l’auteur de polars Jean-Patrick Manchette et le metteur en scène Daniel Benoin. A partir de la fin 1979 la pièce avait été jouée à Saint-Etienne, Bordeaux, Caen, Lyon avant d’être reprise à Paris fin 1980 et jusqu’en Février 81 (au Théâtre de Paris). C’était ni plus ni moins que le premier opéra rock français, et le seul d’ailleurs, ainsi que l’a rappelé Yves Matrat au début de son show. Show en effet, car même si ça ne devait être qu’une ré-interprétation des chansons de la pièce, ce fut bien davantage que juste un concert, Matrat oblige…: ce fut un vrai spectacle, parfaitement réussi avec ce grand maître des cérémonies ! 

 Fécondes influences
Yves avait d’ailleurs eu cette belle idée de placer entre les chansons des extraits de textes de MANCHETTE. Des fulgurances qui étaient propres à cet homme révolté, et auxquelles Matrat apportait naturellement sa fougue de comédien-né, celle qui le pousse entre autres vers Léo Ferré. Et il y avait du Léo dans ces interventions ! Comme il y avait du Rolling Stones dans la musique et dans son jeu de scène : on ne renie pas ses influences et ceux qu’il appelle “ses cousins” (et que Factory avait rencontré lors de l’enregistrement de cet album justement) le hantent toujours aujourd’hui comme hier ! Mais c’est tout sauf du vulgaire plagiat bien sûr, juste une source d’inspiration féconde. 

 Magie des sons recréée 
La musique ? Là, le deuxième maître des cérémonies intervient, qui s’appelle Puce bien sûr, le guitariste de Factory reprenait la barre du groupe après tout ce temps, et il fut également très brillant, comme il le furent tous pour recréer cette magie en cette soirée ventée de Juillet. Edouard “doudou” Gonzalez en 2e guitare surtout rythmique (mais pas que…) le secondait parfaitement, et la section rythmique basse/batterie avec Patrick Blache et Yves Rothacher respectivement était irréprochable aussi, efficace et tranquille. On cite souvent Muscle Shoals, mais à Givors il y en a qui sont pas mal non plus !! 

 Des chansons qui vivent toujours…
Bref, toutes ces chansons écrites jadis par Matrat (du moins pour les textes, les premiers textes EN FRANÇAIS pour Factory) reprenaient vie dans la bouche de leur créateur, à la voix quelque peu mûrie tout de même depuis l’album de 79 ! Cache ta joie, Rock tricheur, Ma mère disait, Jette un sort, Tire une jatte… Elles sont toutes devenues de petits classiques pour tous ceux qui les avaient découvertes alors… Celles de ce second album, mais aussi quelques unes du suivant (“Sur le Côté”), qui avaient été également jouées dans la pièce, et qui furent reprises en ce 19-7, comme l’émouvant “T’es mon ami”, théâtralisé entre Puce et Matrat, et le reggae “Les Mots Doux” joué pour le dernier rappel avec “Les Tontons Yana” du Larzac !


Car la soirée fut bien sûr un franc succès, et le public ne voulait plus les lâcher… Les Tontons Yana avaient précédé, entre reggae et jazz (finesse de la guitare…), avec des textes à la poésie très… Larzacienne ! Et encore avant, le trio (bordelais) du jeune chanteur-guitariste Alexis Evans avait proposé une funky soul de fort bon aloi. Mais le public (un peu plus nombreux que l’an passé nous semble-t-il ?) était venu avant tout pour cette éphémère résurrection de Factory (un peu dommage que ça ne soit que pour un seul concert d’ailleurs…) et il a bel et bien été comblé ! 

Stevie Dixon

Alexis Evans Trio 
Sur Facebook (il faut sans doute être connecté…), des tonnes de photos par JP Pichon
PS: Un autre compte-rendu de l'événement, par Michel Kemper, chez NosEnchanteurs
PPS: Et un autre dans Le Progrès local…(lisible en cliquant)



Pour les plus curieux, nos autres pages sur Rock à la Bricotte…! :
- Compte-rendu de l'édition 2013 (avec reformation de Ganafoul !).
- Pré-annonce de "Cache ta Joie" 2014 (dans les brèves-news)
- Annonce du concert (dans la semaine de Guignol's Rock, au 19-7 forcément…)

Et toujours : La page sur FACTORY (avec la bio de Christophe Simplex) sur StevieDixon.com
- Page du blog sur Yves Matrat lors de la sortie de "Matrat chante Léo"…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont bienvenus !! Merci d'exprimer vos réactions…
[Merci aussi de recommander/partager cette page avec les boutons ci-dessus !]
Vous pouvez aussi vous inscrire comme "membre" (voir à droite…)
Ou mieux : envoyez-nous votre adresse mail dans un post/commentaire : pas pour la publier (bien sûr) mais pour qu'on puisse vous faire parvenir la newsletter hebdo (= image de la rubrique dès publication)