Guignol's Rock, rubrique du blog

Suite à la disparition de l'hebdomadaire (papier) Lyon Poche en 2011, notre chronique annonçant les concerts rock de la semaine s'est retrouvée sur ce blog, en reprenant
son titre original, "Guignol's rock" (parution sur le week-end…) avec des photos et une sélection de vidéos (à ouvrir en pop-up). Bonne lecture !

Merci à tous ceux qui veulent bien partager ces pages sur leurs réseaux, ou les mettre en lien sur leurs sites… // NB: Voir notre profil: Google+

Pour pouvoir ajouter un commentaire dessous, veillez à n'avoir qu'une seule chronique ouverte (en cliquant sur son titre en rose)

Des présentations différentes de nos pages (sur fond blanc !) en cliquant ici <<<

lundi 14 mai 2012

Guignol's Rock 2091 du 14 au 20-5-2012




 NUITS SONORES  
10e édition de Nuits Sonores, à partir de ce Mercredi 16 et jusqu'au Dimanche 20. On se souvient (on y était) de la toute première édition, fin Mai 2003, à la Sucrière (dans l'état des lieux d'alors, brut de cessation des activités) : c'était loin de l'envergure actuelle de l'événement, mais l'esprit était déjà là… Et ces choix, ces exigences sur des principes "fondamentaux" (on cite :"la vocation urbaine, l’intransigeance de sa programmation, un événement collaboratif et ouvert d’esprit, une place importante pour le gratuit") sont restés indéfectibles : pas de compromis amenés par le succès… De 16.000 spectateurs alors en 2003 à 80.000 l'an passé… Avec 2000 artistes accueillis, et toutes sortes de lieux improbables investis pendant ces dix ans (du patrimoine urbain parfois cossu aux friches industrielles…). 

Du rock à Nuits Sonores il y en a, et même parfois du rock'n'roll, comme ci-dessus…
[Postez-nous le nom du groupe en "commentaires", pour voir…]  (Photo©SD)

 Usine à gaz ? auberge espagnole ? 
Certes, d'aucuns peuvent avoir l'impression que Nuits Sonores est devenu une gigantesque usine à gaz, mais malgré le foisonnement des formules et des propositions, on y trouve encore plutôt bien ses repères. Selon ce qu'il est, et ce qu'il aime, chacun peut se construire sa propre version de Nuits Sonores. La formule structurée sur les cinq jours reste un cadre bien pérenne, même si la nécessité a amené cette année à la création des NS Days, …en rapport avec ce nouveau lieu patrimonial unique que représente l'Hôtel-Dieu (on a échappé à la prison, dommage ?). 
Des NS Days qui se tiendront donc dans l'ancien hôpital de 16 à 23h trois jours de suite, Jeudi, Vendredi et Samedi, et sur deux scènes. On vous laisse en analyser les contenus ! 
James Murphy (à la première Nuit du 16-5)

Un nouveau lieu pour les Nuits également, après plusieurs années à l'ex-Marché de Gros ce sera les anciennes usines Brossette (on y fabriquait des salles de bain, et c'est non loin du désormais inopérant Grrrnd Zero Gerland). Là aussi, on vous laisse décortiquer le contenu des trois scènes de 21h et quelque à 5h du mat' pour les trois nuits ! : Mercredi, Vendredi et Samedi… Moins la scène 1 du Samedi parce que c'est une "secret stage" et ses invités de derrière les platines seront des surprises… mémorables nous dit-on ! (pour les amateurs d'électro, cela va sans dire). 
La nuit du Jeudi étant comme chacun sait réservée au fameux "circuit électronique", désormais labellisé "chic et gratuit"(2€ quand même) ! 13 étapes clubs dans la ville, réservées à des structures lyonnaises, et pour évoquer 15 métropoles invitées. 

Gallon Drunk (à NS-Day du 19-5)
À propos de métropoles, la "carte blanche" à Lyon cette année, le choix peut surprendre, mais (on cite) "l'idée d'attribuer notre Carte blanche à Lyon nous est apparue comme une évidence toute simple : celle de rappeler que Nuits sonores est né à Lyon et qu'il n'aurait pas pu naître ailleurs !"… Là encore, on vous laisse découvrir les 10 artistes lyonnais programmés sur les 3 nuits, les 5 qui sont dans les NS Days, plus le "Oxygène revisited" de l'inauguration, la Red Bull academy session avec Jean-Michel Jarre, etc. Même le photographe Richard Bellia y est allé de ses déclics (argentiques) pour présenter 20 figures historiques ou contemporains de la scène lyonnaise…
Sinon, on soulignera juste le passage de Gallon Drunk, groupe rock britannique, au NS Days de Samedi. Parce que c'est un groupe qu'on a déjà vu (notamment déjà à NS 2009 où ils accompagnaient Lydia Lunch, et dans les 90s au PezNer ou avec PJ Harvey) et dont on apprécie toujours le rock sombre et très authentique. Leur nouvel album "The road gets darker from here" vient d'ailleurs de paraître, et vous trouverez ci-dessous la vidéo de "You made me" qui en est extrait…

 + 3 concerts spéciaux 
Et puis n'allons pas oublier les "concerts spéciaux" tout de même : Trois cette année. D'abord la relecture par Ricardo Villalobos et Max Loderbauer d'œuvres du fameux label jazz allemand ECM. C'est au théâtre des Célestins Samedi. Ensuite Mudhoney, le groupe d'avant Nirvana qui a contribué à la définition du son de Seattle et donc du grunge. C'est Dimanche de bonne heure (18h) au Transbordeur. Et enfin New Order, le groupe mancunien né en 1980 sur les cendres de Joy Division à la mort de Ian Curtis. Symbolique pour Nuits Sonores du croisement entre les racines électro du festival et son esprit indie. New Order qu'on avait pu voir à Lyon pour l'inauguration du Transbordeur, c'était il y a 23 ans déjà… en Janvier 89. Cette fois ils feront l'ouverture d'un autre lieu, la Sucrière (rénovée). Dimanche à 21h.


 Paroles et Musiques 
Du côté de St-Etienne, un autre festival se tient traditionnellement sur cette même semaine "de l'Ascension". C'est "Paroles & Musiques", à la tendance générale plutôt chanson (de Camille à Cœur de Pirate en passant par la lyonnaise Carmen Maria Vega. Pourquoi ne citons-nous que des filles ?!), ce qui n'exclut pourtant pas le rap (Oxmo Puccino, Sefyu…), voire l'électro (Birdy Nam Nam…). Beaucoup de "scène émergente" en tout cas, et là aussi on vous laisse découvrir tout ça (si ce n'est déjà fait) sur leur site… 


Lunatic Toys


 Jazz secoué  
Et puis quelques autres concerts à Lyon quand même… Mardi (15-5) à la Triperie, trois groupes de "niou jazz secoué" (on va dire, faute d'étiquette officielle !) : Lunatic Toys, un trio lyonnais avec sax et claviers. Ultra Zook, autre trio, "qui joue une musique des îles plus proche de Fukushima que des Caraïbes". Et Barberos, quartet de la même (pire) espèce, qui vient de Liverpool et se dissimule dans des combinaisons en lycra (doit faire sacrément chaud là-dedans…).

Haight-Ashbury (…de Glasgow)
Scott et ses deux nénettes…


 Psyché délices 
Et Jeudi 17 au Kraspek Myzik, Haight-Ashbury, qui n'est pas de San Francisco puisque c'est un trio écossais, sans doute marqué par certains sons psychédéliques… Un guitariste et deux chanteuses (Kirsty également bassiste est la sœur de Scott, et Jennifer parfois batteuse est l'autre) pour un style qui rappelle parfois les Mama's & Papa's… Mieux que des tentatives d'explications, on va également placer une vidéo d'eux ci-dessous… En ouverture, le bluesman lyonnais, quelque peu psychédélique lui aussi parfois, Snake Fuzz Moan (si c'est pas un vrai nom de bluesman ça…). Allez, on vous livre ce lien France2 pour voir une vidéo sur cet adepte du picking…


 Born Bad 
PS: Et on allait oublier, bien à tort, pour ce même 17-5 au Clacson, une soirée Born Bad records. Born Bad ("bad music for bad people", un slogan récupéré chez les Cramps), c'est un magasin de disques parisien devenu label, LE label rock français,tendance rock'n'roll garage, mais pas seulement, plutôt centré sur l'urgence, l'envie d'en découdre ! Parmi les spécimens présentés, le fameux (tout est relatif) trio bordelais Cheveu, plus Frustration, Feeling of Love (autre trio) et Cowbones. Sans oublier DJ JBWizz
[PS: En fait, cette soirée fait partie du Circuit électronique du Jeudi de Nuits Sonores… sans doute la plus rock des 13 étapes… Prévoyez 2 euros seulement].

Stevie D.



PS: Une interview de Iggy Pop dans Le Progrès de ce Dimanche 13-5, par Thierry Messirel. Motivée bien sûr par la sortie de son nouvel album très francophile nommée "Après", disponible uniquement sur le site Vente-Privée.com. Des propos certes intéressants (Ah, la jolie démolition des maisons de disques…!)… Mais ceci dit, la chanson française revue par l'Iguane de sa belle voix grave de crooner, ça commence un peu [à notre avis] à ressembler à l'exploitation d'une formule, et l'audition des extraits sur le dit-site (qui se fait au passage une bonne pub) ne nous a pas induit pour le moment à tenter de réunir les 7 euros nécessaires à l'achat en ligne…
Lien vers l'article (qui risque de ne pas fonctionner longtemps en gratuit) :
www.leprogres.fr/france-monde/2012/05/13/je-ne-suis-pas-une-p-d-icone
(Bien sûr que si, Jim, YOU ARE une icône, voire même une p…, …d'icône !)




La présentation du disque à la presse (extraits)




 Quelques vidéos liées à la rubrique…

La meilleure chanson du disque ?


Cette chanson n'est-elle pas accrocheuse ?





Dates, lieux et liens, sont toujours sur notre page "liste des concerts"…


Quelques objets "du commerce" (liens Amazon.fr) dont il est plus ou moins question ci-dessus…
James Murphy, Gallon Drunk, Lunatic Toys, Haight Ashbury (x2), Cheveu, Feeling of Love, Frustration, Iggy Pop (x2) 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont bienvenus !! Merci d'exprimer vos réactions…
[Merci aussi de recommander/partager cette page avec les boutons ci-dessus !]
Vous pouvez aussi vous inscrire comme "membre" (voir à droite…)
Ou mieux : envoyez-nous votre adresse mail dans un post/commentaire : pas pour la publier (bien sûr) mais pour qu'on puisse vous faire parvenir la newsletter hebdo (= image de la rubrique dès publication)